Les actions du collectif

Voici les actions que le collectif  a menées  :

  • Le 28 mai, le collectif a manifesté devant le tribunal administratif pour dénoncer le harcèlement dont est victime Ghislaine DURET.
  • Le 18 mars, le collectif a manifesté avant un conseil d’agglo. Le CIAS, instance administrative qui émane de la CAC, est l’employeur de Ghislaine DURET. Ce CIAS comprend un nombre ahurissant d’agents en souffrance : 17%, presque 1 agent sur 5 est en situation de RPS (risque Psycho-social), l’indicateur réglementaire de la souffrance au travail. Cliquez ici pour les articles de presse…

  •  Un courrier a été envoyé le 16 mars à des centaines d’élus de la CAC. Nous dénonçons un flagrant délit de favoritisme…
  • Un court métrage (1mn36) sur le harcèlement au travail au sein de la CAC a été filmé par le collectif le 8 mars. Cliquez ici pour visionner ce court métrage.

  • Un très beau cercle du silence place Travot pour soutenir Ghislaine DURET et annoncer la sortie d’une BD mise en ligne : 2 articles de presse.
  • Une action de protestation a été menée le 13 janvier à la maison de retraite face aux élus. Cette fois-ci, ce sont les familles des résidents qui ont rédigé le communiqué de presse (cf onglet actualités, 15 janvier). Vous pouvez consulter les 2 articles de presse.
  • Un courrier a été envoyé le 7 janvier à des centaines d’élus et d’administrations afin d’alerter sur la situation inadmissible que la CAC fait vivre actuellement à Mme DURET. Nous dénonçons également le fait que d’autres salariés sont ou ont été victimes de tels agissements par cette même collectivité.
    Voici la liste des envois :
M. François HOLLANDE Président de la République française
M. Jean -Marc AYRAULT  Premier Ministre 
Mme Marylise LEBRANCHU  Ministre de la fonction publique
M. Michel SAPIN  Ministre du travail
Mme Marisol TOURAINE  Ministre des affaires sociales et de la santé
M. Christophe BECHU  Président du Conseil Général du Maine et Loire
M. Jacques AUXIETTE Président du Conseil régional des Pays de Loire 
Mme Marie Sophie DESAULLE  Directrice ARS Pays de Loire
Mme Valérie CHATEL  Présidente de l’Association des DRH des grandes collectivités
M. Dominique BAUDIS  Défenseur des droits
M. Didier CHARLANNE  Directeur de l’ANESM 
M. Benoît CAILLIAU   Président du conseil économique social et environnemental des Pays de Loire
Mme Noura KIHAL-FLEGEAU Directrice départementale de la cohésion sociale
M. François BURDEYRON Préfet du Maine et Loire 
M. Colin MIEGE,  Sous Préfet de Cholet 
Mme Sophie LOISELET  Présidente de l’Association Nationale des DRH des Territoires
M. Claudy JARRY Président de la Fédération Nationale des Directeurs d’EHPAD (Fédération Nationale des Associations de Directeurs d’ Établissements et services pour Personnes Agées)
M. Pascal CHAMPVERT Président de l’Asso. des Directeurs au service des Personnes Âgées (AD-PA)
Tous les Députés du Maine et Loire, tous les Sénateurs du Maine et Loire, tous les conseillers régionaux Pays de Loire, les conseillers généraux, les maires et les adjoints de la 5ème  circonscription du Maine et Loire.
Nous transmettons également l’information aux associations en lien avec la souffrance au travail et le harcèlement : (ACHP, ADCHM, AVHT, ANVHPT, HMS, et Le Cap).
  •  Article du 30 novembre :  le collectif dénonce les menaces dont a fait l’objet Mme DURET pendant une réunion. L’auteur est celui qui a participé à l’écriture du faux courrier : C.CREN.
  • Le jeudi 31 octobre, un rassemblement pacifique du collectif a eu lieu devant la salle Azura de Trémentines où se déroulait une fête des familles. Nous brandissions des panneau face aux élus avec les mots : HARCELEMENT, MENSONGES, FAUX COURRIER, DIFFAMATION, SOUTIEN A Mme DURET… France 3, le Courrier de l’Ouest et Ouest France ont largement couvert l’évènement (article Ouest France  + article Courrier de l’Ouest).
  • Le vendredi 4 octobre, le collectif rencontre le maire de La Tessoualle, chargé des personnes âgées de la CAC. Il refusera de donner une explication claire et précise sur les motifs de la sanction (article du  7 octobre) .
  • Le vendredi 27 septembre 2013, rencontre du maire de Trémentines avec 4 membres du collectif. En résumé, le maire reconnaît que la hiérarchie a des torts (« les torts sont partagés ») et que la sanction était sévère (article  du 2 octobre).