L’objectif du collectif

POURQUOI UN COLLECTIF DE SOUTIEN ?

Le 29 avril 2013, la directrice de l’EHPAD (Maison de retraite médicalisée) du Val d’Evre de TREMENTINES, en poste depuis 1988, est frappée d’une sanction disciplinaire, à savoir l’exclusion de sa fonction pour 6 mois dont 3 mois avec sursis (sans salaire).

Les personnes qui l’entourent et la connaissent sont choquées de cette décision qui relève d’une faute professionnelle grave. Aussi, ces personnes venant d’horizons très différents, ont décidé de créer un collectif de soutien en faveur de Mme Ghislaine DURET, directrice de la maison de retraite de TREMENTINES, afin de comprendre les véritables raisons de cette sanction.

Très surpris de l’acharnement évident contre Mme DURET, les membres du collectif ont souhaité en savoir plus, au-delà des seules affirmations de la collectivité. Ce site a pour but d’informer en toute objectivité sur la réalité de cette affaire car les mensonges sont nombreux de la part de la CAC.

Le Député Maire de Cholet a déclaré en plein conseil municipal du 14 octobre 2013  : « Je dispose d’une note circonstanciée sur de graves dysfonctionnements dans la gestion de l’EHPAD ». Le nom de Mme DURET a été jeté en pâture en public, sans moyen de défense pour elle, provoquant ainsi un discrédit sur son travail et sur sa personne. Mme DURET est salariée de la CAC, mise à disposition du CIAS et pourtant elle a été diffamée en plein conseil municipal de CHOLET (voir compte rendu sur le site de la ville de CHOLET). Au vu de tous les éléments dont dispose le collectif, nous pensons que Mme DURET n’a pas fait de faute de gestion (confirmé d’ailleurs par les propos de M.GENTAL) et encore moins de faute grave.

Notre collectif souhaite préciser qu’à aucun moment, ou pour quoi que ce soit, Mme DURET n’est impliquée dans le collectif et/ou dans les actions menées. Elle n’en est absolument pas l’instigatrice. Le collectif se limite à vérifier certaines informations à partir de sources différentes. La nature des informations ou documents n’est jamais confidentielle et  le collectif est soucieux de respecter le devoir de réserve de Mme DURET.

Les membres du collectif ont commencé à rencontrer des acteurs importants de l’une et l’autre partie concernés par cette affaire.

Vous trouverez donc ci-dessous des informations parfaitement objectives concernant la maison de retraite de Trémentines, sa directrice et les différentes sanctions dont elle a fait l’objet. En particulier, ces informations répondent aux affirmations à charge véhiculées sur le site de la CAC et la Ville de Cholet. Le collectif tient à exercer ici un droit de réponse légitime, qui n’est pas accordé à Mme DURET du fait de son devoir de réserve…